Frère Charles de Jésus

Charles est à Strasbourg le 15 septembre 1858 dans une famille riche très catholique. A l’âge de 5 ans et demi, il perd ses 2 parents. Il garde un bon souvenir de la tendresse maternelle. Il est accueilli avec sa petite sœur Marie par leur grand-père maternel le colonel MorletA cause de la guerre entre l’Allemagne et la France en 1870 sa famille fuit et s’installe à Nancy. Tous ces évènements vont marquer Charles qui sera un enfant très sensible et angoissé.

 

      Adolescence et jeunesse tourmentées 

 Au cours d'une adolescence difficile, Charles, enfant solitaire se passionne de lecture. Les ouvrages, marqués par le scepticisme religieux de son temps l'amène à perdre la foi. Il dit: " Dès l'âge de 15 ans, toute foi avait disparu en moi, les lectures dont j'étais avide avaient fait cette oeuvre; je ne me rangeais à aucune doctrine philosophique...je restais dans le doute complet, éloigné surtout de la foi catholique..." 

 Charles est à l'école militaire Saint Cyr quand son grand-père meurt. Encore une séparation déchirante pour lui! Pour combler le vide qu'il ressent il se lance dans une vie mondaine de jouissance et de     désordre d'autant plus qu'il a hérité d'une grande fortune. Mais il sort de ces fêtes qu’il organise dans un état d'insatisfaction:

« une tristesse profonde, un vide douloureux, une tristesse que je n’ai jamais éprouvée qu’alors…. Elle me revenait chaque soir lorsque je me trouvais seul….elle me tenait muet et accablé pendant ce qu’on appelle les fêtes. »

Officier à 22 ans, il est envoyé en Algérie et déCouvre avec émerveillement des nouveaux horizons. Trois ans plus tard, il quitte définitivement l'armée En 1882 Charles décide d’entreprendre un voyage d’exploration du Maroc, pays fermé et interdit aux européens. Déguisé en juif, Il part avec un juif d’Alger comme guide. L’aventure dure 11 mois. Il est reçu dans des communautés juives et partage leur prière le jour du sabbat. Il fait l'expérience aussi de l'hospitalité de croyants musulmans qui l'ont sauvé de la mort plusieurs fois. Lors de cette expédition le témoignage de foi des musulmans qu’il rencontre le touche profondément et réveille en lui cette question: «Dieu existerait-il ?». 

  Ce voyage au Maroc  l'a beaucoup mûri et fait de lui un homme célèbre.

Chemin de conversion

           De retour en France, il est touché par l'accueil affectueux et chaleureux de sa famille profondément chrétienne,notamment sa cousine Mary de Bondy. Celle-ci est restée très discrète sur le passé tumultueux de Charles. Il écrira plus tard:

" Enfant prodigue, non seulement reçu avec une si ineffable bonté, sans punition, sans réprimande, mais avec des baisers, la tunique première, et l'anneau de l'enfant de la maison."

A Paris, pendant qu’il imprime les résultats de son expédition au Maroc, incroyant il trouve la paix en passant des heures dans l'église St Augustin à répéter cette prière : " Mon Dieu, si vous existez, faites que je vous connaisse… ". Il rencontre un prêtre, l’abbé Huvelin, auprès de qui il demande à prendre des cours de religion . Mais celui-ci lui propose une autre démarche :" Je demandais des leçons de religions...Il me fit mettre à genoux et me fit me confesser et séance tenante communier .": Faire la vérité au fond de lui-même et se reconnaitre pécheur le conduit à la Lumière et tout bascule pour lui ce jour-là, il retrouve la foi.C’était en octobre 1886, Charles avait vingt-huit ans.

Fasciné par Jésus de Nazareth

Deux ans après sa conversion l’abbé Huvelin, qui deviendra son père spirituel, lui conseille d’aller faire un pèlerinage en Terre sainte. Là, Charles découvre le visage du Dieu humble et pauvre, qui s’est incarné en Jésus,pauvre travailleur ordinaire, villageois à Nazareth.
 Désormais c'est Lui qu'il va chercher à suivre et imiter. Après un temps à la Trappe, Charles retourne à Nazareth comme jardinier et serviteur chez les clarisses. Là va s'approfondir son désir d'imiter JESUS de NAZARETH

"Ce que je rêve en secret, c'est quelques âmes réunies pour mener la vie de Nazareth, vivre de leur travail comme la sainte famille, en pratiquant les vertus de Nazareth dans la contemplation de Jésus..."

 

 

 

 

  Le Frère universel

Ordonné prêtre à Viviers, en France, le 9 juin 1901, il part au Sahara. Il s’installe d'abord à Beni-Abbès dans l’espoir d’entrer au Maroc un jour. Aller vers « les âmes les plus malades, les brebis les plus perdues, les plus délaissées». Là, Frère Charles est débordé par l'accueil des gens venant de partout pour le voir. 

" Je veux habituer tous les habitants, chrétiens, musulmans, juifs ou incroyants à me regarder comme leur frère."

              
 

 

 

 

En 1905 il s’installe à Tamanrasset, auprès desTouaregs, nomades perdus dans le désert.
" Mon apostolat doit être l’apostolat de la bonté. Si l’on demande pourquoi je suis doux et bon, je dois dire : parce que je suis le serviteur de JESUS qui est bien plus bon que moi. "

 

1914: la guerre commence en Europe mais elle aura des répercussions jusque dans le Sahara. Avec les habitants du village de Tamanrasset, frère Charles construit un petit fortin pour pouvoir s’y refugier avec les gens en cas de danger. C’est là qu’il sera tué le 1er Décembre 1916.

 

 

 

                                                           

 

 

 
 
 

Contacts