Père René Voillaume et la Fraternité des PSJ

Né en 1905, à Versailles, d'une famille nombreuse et profondément chrétienne. Un des premiers disciples de Charles de Foucauld qu'il a découvert par la lecture du livre de René Bazin à l'âge de 17 ans. Sa vocation datait aussi de ce temps; il se sent intérieurement attiré à la vie sacerdotale et à une vie contemplative centrée sur l'Eucharistie. Naît aussi en lui le désir d'être missionnaire par le rayonnement d'une vie évangélique de charité. En 1923,il entre au séminaire  de st Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Pour une préparation plus directe à cette vie missionnaire il entre chez les Pères Blancs. Envoyé à Alger pour le noviciat, il n'y reste pas à cause de sa santé. Il continue au séminaire de saint Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Ordonné prêtre le 29 juin 1929, son évêque, qui a compris sa vocation, l'envoie faire la théologie à Rome. Là il rencontre Louis Massignon,théologien et islamologue, ami et disciple de Charles de Foucauld. En 1933, il part à El-Abiodh-Sidi-Cheikh au Sahara, avec quatre compagnons pour fonder la communauté des "Petits Frères de Jésus ". ils suivent la règle écrite par Charles de Foucauld, s'inspirant aussi des traditions de la Chartreuse et de la spiritualité carmélitaine. Plus tard il fondera les Petits Frères de l'Evangile (1956) et les Petites Sœurs de l’Evangile (1963) et accompagnera plusieurs groupes s’inspirant de la spiritualité de Charles de Foucauld.

En 1950 est sorti son livre " Au coeur des masses": livre choc qui a un grand retentissement dans  l'Eglise et fait connaître cette nouvelle forme de vie religieuse. Après sa lecture de nombreux jeunes sont entrés dans la congrégation des Petits Frères et des Petites Soeurs  et c'est le premier élan des nouvelles fondations dans le monde.

        Rencontre de deux disciples de Charles de Foucauld

En mars 1938 petite sœur Magdeleine se rend en pèlerinage sur la tombe de Charles de Foucauld à El Golea, au Sahara.Là qu’elle rencontre pour la première fois le Père René Voillaume. Elle écrit dans son diaire: "Rencontre providentielle! J'avais écrit autrefois au Père Voillaume sans le connaître, pour lui parler de mon désir de suivre le Frère Charles de Jésus....Je lui raconte tous mes désirs et particulièrement cette vie sous la tente qui m'attire tellement. Il m'écoute avec beaucoup de bonté mais ne parle presque pas et, après l'avoir quitté, j'aurais été bien embarrassée de savoir s'il m'approuvait ou non. Il accepte cependant de correspondre avec moi et me donne rendez-vous à El Abiodh Sidi Cheikh pour une retraite en juin prochain." 

   Au terme de cette retraite de juin 1944, ps Magdeleine écrit au Père : «Jamais je n'avais reçu grâces pareilles depuis le début de la fondation. Je crois que c'était l'âme du frère Charles qui s'était révélée pendant cette rencontre».Une communion spirituelle les unit profondément au-delà de leurs différences. Elle va le choisir comme père spirituel.
Collaboration dans la formation

 Dès le début de la Fraternité ps Magdeleine sent le besoin de donner aux petites sœurs une formation solide sur

la spiritualité puisée à la source de la vie de Frère Charles. Elle est convaincue que le Père (nom donné à René Voillaume dans la Fraternité des PSJ ) a le charisme de traduire cette spiritualité dans un langage simple et évangélique. Aussi, à partir de 1946, c'est à lui qu'elle confie la formation spirituelle des petites sœurs au cours de sessions qui ont lieu, chaque année, d'abord à El Abiodh, puis à Rome. Ces sessions ont continué même après la mort de ps Magdeleine. Plusieurs générations de petites sœurs en ont été marquées  

         Influence mutuelle dans cette nouvelle forme de vie religieuse

Quand PS Magdeleine a rencontré le Père Voilllaume, les Petits Frères de Jésus vivaient l’idéal du Frère Charles dans une vie monastique cloîtrée. Sa relation avec ps Magdeleine va l'amener à revoir peu à peu sa conception de la vie de Nazareth vécue par Frère Charles. En décembre 1944 il écrit à petite sœur Magdeleine: «II me semble que, de plus en plus, nous devons être profondément unis et que nos deux fondations doivent s'appuyer l'une sur l'autre, vivre du même esprit.»
Les intuitions de ps Magdeleine sur la manière de suivre Frère Charles va influencer le Père Voillaume et changer peu à peu la forme de vie des Petits Frères. Ainsi la fondation d’une fraternité ouvrière avec des petites sœurs qui travaillent en usine à Aix en 1946 va influencer le Père et amener les Frères à sortir de la clôture pour vivre au milieu du monde.

En 1953 petite sœur Magdeleine entreprend un immense voyage autour du monde, pour faire connaitre la vie de Frère Charles et  y semer des fraternités et elle invite le Père à partager cette aventure ! Celui-ci reconnaît qu'il a été « celui qu'on traîne et petite sœur Magdeleine celle qui entraîne... 

Il reconnaît aussi que lui-même n'aurait jamais songé à ce voyage et pourtant, ajoute-t-il: «C'était l'expression concrète et la mise en place, si j'ose dire, de l'universalité conçue comme une ouverture aux différentes races et aux différents peuples.»

Ainsi, Petite sœur Magdeleine et le Père Voillaume ont travaillé étroitement ensemble pour commencer cette nouvelle forme de vie religieuse- très avant-garde en ce moment-là- vie contemplative au milieu du monde des pauvres.   

Témoin de l'action du Seigneur dans ps Magdeleine

Au fil des ans l'affection et la confiance s'approfondissent. Deux mois avant sa mort ps Magdeleine écrivait : « Après moi, le Père Voillaume continuera de vous guider sur le chemin du Frère Charles comme il l’a été depuis les premières années de la fondation. Il m’a tant aidée, réconfortée dans les moments difficiles … ».

  Après la mort de ps Magdeleine le Père Voillaume a continué à faire connaitre aux petites sœurs la vie de foi de leur fondatrice et sa relation intime avec "le petit Jésus" dont elle n'arrêtait pas de parler chaque jour. Une année après sa mort le Père écrivait aux petites sœurs: "C'est par le chemin d'une foi d'enfant que ps Magdeleine fut conduite par Jésus lui-même, jusqu'à un degré d'union avec Dieu qui transparaissait à travers tout ce qu'elle était, et dont elle-même peut maintenant vous dévoiler la profondeur, en vous livrant son secret d'amour en un hymne de reconnaissance à Dieu pour tant de grâces reçues...."
 

                                                               
        Le Père René Voillaume a passé les dernières années de sa vie dans la maison mère des Petites Sœurs de Jésus au      
Tubet à Aix-en-Provence. Il est décédé le 13 Mai 2003.

 

 

 

 
 
 

Contacts